Devenir auto-entrepreneure à Lyon : comment faire ?

Avant toute chose, la maîtrise du marché est très importante lorsque vous avez comme ambition d’être auto-entrepreneure à Lyon. Si vous en êtes arrivée là, cela voudra dire que vous avez sérieusement mûri le problème. Vous devrez donc suivre des démarches et en cas de besoin, des aides sont prévues pour soutenir les personnes souhaitant devenir auto-entrepreneure. Voyons un peu comment il faut procéder.

Devenir auto-entrepreneure : qu’est-ce que cela implique ?

En tant qu’auto-entrepreneur, il faut savoir que vous serez un entrepreneur individuel dans votre micro-entreprise, ce qui vous garantit un statut allégé. Pour ce qui est de la déclaration d’activité, elle est faîte de façon immédiate sur un site dédié : autoentrepreneur.fr. Quant aux cotisations sociales, vous devrez les payer soit par mois, soit par trimestre. Elles font 1% du chiffre d’affaires, les cotisations minimales exclues.

Les questions d’ordre juridique, fiscal et social doivent vous interpeller, car il y a une réglementation à respecter. Il vous faudra également penser à choisir la forme juridique qui vous convient le mieux. Après une étude de marché qui vous permettra de mieux connaître votre nouvel environnement, il serait temps d’entamer les prévisions financières nécessaires pour le développement de votre activité.

Des aides sont disponibles pour vous dont LYVE, une offre de service qui met en contact les entrepreneures situées dans le Grand Lyon. En plus de la forte entraide entre les entrepreneures, vous bénéficierez d’une connexion avec des experts qui pourront vous aider à faire avancer vos projets. Vous pourriez être accompagné de façon personnalisée.

Devenir auto-entrepreneure : qu'est-ce que cela implique ?

Ce qu’il faut savoir sur le statut

En choisissant pour votre micro-entreprise, le statut d’auto-entrepreneur, sachez que cela peut être de manière exclusive ou tout simplement en complément d’un autre statut. Il convient parfaitement aux Mampreneurs qui souhaitent être à leur propre compte. Toute personne souhaitant avoir ce statut doit être majeur ou être un mineur émancipé. Les travailleurs non-salariés ne sont pas concernés, et pour les personnes ressortissantes hors Union Européenne, elles doivent disposer d’une carte de séjour qui leur donne le droit d’ouvrir une auto-entreprise en France.

En ce qui concerne les démarches administratives nécessaires pour la création d’une auto-entreprise, elles sont beaucoup plus simples comparées aux autres formes juridiques d’entreprises. Déjà, il n’y a pas de capital exigé, et le montant des cotisations sociales dépend du chiffre d’affaires réalisé. Vous payez les charges sociales avec la possibilité de payer soit par mois, ou soit par trimestre. Elles sont prélevées de façon automatique sur votre compte en banque en cas de chiffre d’affaires.

Cela induit le fait qu’en l’absence de recettes au cours d’un mois, alors il n’y aura pas de paiement de cotisations sociales et fiscales. Votre comptabilité est bien plus légère, surtout que pour vos débuts, vous bénéficierez d’une exonération, vous permettant ainsi de diminuer vos charges sociales. En termes de comptabilité, une auto-entreprise peut se contenter de tenir un registre de recettes et dépenses.

Quels sont les trois catégories de secteur pour une auto-entrepreneure ?

Il y a 3 catégories bien distinctes de profession, dans le domaine de l’auto-entreprenariat, et le choix doit être bien défini, avant de s’engager dans les formalités.

Secteur artisanal

Il s’agit dans ce secteur, de tout ce qui concerne les activités de création ou de fabrication telles que l’ébénisterie, la création de bijoux, etc. ; ou encore, les activités de services. Ce segment regroupe la plomberie, les électriciens, les petites réparations et entretiens, les couvreurs, les chauffeurs VTC, les peintres en bâtiment, etc.

Secteur commercial

Ce secteur d’activités concerne l’achat et vente de marchandises, et de tout ce qui concerne les denrées alimentaires. On y retrouve les restaurants, les cafés, etc. Il y a également les prestations de service commerciales, avec les chambres d’hôte, les intermédiaires de commerce, etc.

Secteur libéral

Pour finir, vous pouvez choisir votre vie professionnelle dans le secteur libéral, en optant pour la branche expertise et Conseil. De cette manière, vous procurez des conseils aux entreprises, et vous entreprenez des activités de formation. Vous pourrez alors être animateur, faire du coaching, ou être un professeur indépendant.

Quels sont les démarches à effectuer ?

Pour devenir auto-entrepreneure, les démarches commencent par la déclaration. Vous avez le choix de le faire sur le site Internet du CFE de l’URSSAF si vous êtes déjà entrepreneurs, au Centre de Formalité des Entreprises, ou encore sur le site Guichet Entreprises. Vous allez devoir remplir le formulaire PO AE.

Selon le secteur d’activité que vous aurez choisi, vous allez devoir vous adresser soit à la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), soit à la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA), ou encore près du greffe du tribunal de commerce. Votre déclaration devra s’accompagner d’une copie de la pièce d’identité. Cette dernière devra être signée et portée la mention « Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait à …, le … ».

Par la suite, il vous faudra inscrire votre entreprise. En effet, après la 1ère phase, un numéro de SIRET vous sera attribué. Il vous servira pour votre inscription sur le site des auto-entrepreneurs. Vous allez recevoir une notification concernant le régime d’imposition qui vous incombe pour ce qui est des bénéfices, de la TVA. Vous recevrez également les coordonnées des personnes à contacter en matière de fiscalité, afin de faire la déclaration et le paiement de vos différents impôts, sans oublier tout ce qui concerne les exonérations et les allégements fiscaux auxquels vous avez droit.

Ensuite, il vous revient de choisir le régime fiscal et social adapté. Vous aurez le choix entre le prélèvement libératoire sur l’IR, et le régime micro-social. Au cas où l’activité choisie est artisanale, industrielle ou commerciale, vous serez dans l’obligation de faire une immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Vous obtiendrez alors un KBIS auto-entrepreneur.

Pour finir, sachez que si vous comptez vous lancer dans une activité artisanale, vous avez l’obligation de suivre un stage payant, d’au moins 30 heures, avec des cours et des travaux pratiques. Cela a pour but de vous assurer une bonne gestion de votre activité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici